1 / 2

Élément précédent

LA CHAPELLE SAINT MAURICE

Située à 600 m au nord du village, à flanc de coteau, rue Saint-Fiacre.
GPS : 48°38'56" N / 5°49'49" E

Construite à mi-hauteur du front de côte, à 600 m au nord du village et en bordure de l'ancien chemin de Choloy-Ménillot, la chapelle Saint-Maurice est le chœur de l'ancienne église paroissiale, habituellement datée de la seconde moitié du XIVe siècle. En 1703, l'église, en mauvais état, est frappée d'interdit. L'évêque de Toulordonne son transfert au bourg, mais les habitants s'y opposent en 1711 avec pour argumentaire que "par le zèle et la dévotion qu'ils avaient à cette ancienne église, ils voulaient bien surmonter toutes les difficultés qu'il y avait d'aller de leur village à ladite église pour y assister aux services divins". Un compromis est trouvé le chœur de l'ancienne église sera converti en chapelle, entretenue aux frais des habitants, et une nouvelle église sera construite dans le village, entre 1732 et 1735. Ce déplacement du lieu de culte est un exemple, parmi tant d'autres au XVIIIe siècle, du transfert d'une église champêtre vers ['agglomération.

Entourée de l'ancien cimetière dont les limites n'apparaissent plus clairement, la chapelle Saint-Maurice est bien visible de la plaine et de la voie rapide Nancy- Saint-Dizier. C'est un édifice de plan sensiblement carré, construit en moellon calcaire enduit et couvert d'un toit en pavillon de tuiles creuses. Les angles sont pourvus de contreforts en équerre, construits en pierre de taille. A I' est s'ouvre une fenêtre en tiers-point, en partie bouchée mais qui a conservé son remplage. Au nord, une fenêtre en plein cintre, ouverte ou agrandie au XVIIIe siècle (?), est surmontée d'une petite baie de comble quadrangulaire, qui semble appartenir au XVe siècle. La façade ouest, abritée par un auvent moderne qui repose sur des vestiges des murs gouttereaux de la nef, est percée d'une porte médiévale à Linteau sur coussinets surmontée d'une niche inscrite dans un arc brisé à forte dissymétrie (l'ancien arc triomphal). Le volume intérieur est couvert d'une voûte sur croisées d'ogive à profit en amand et méplat, retombant à pénétration sur les colonnes dont les bases ne sont pas visibles. La clef est annulaire. Si l'architecture extérieure peut être attribuable, sous toutes réserves, au XIVe siècle (?), le voûtement dénote plutôt le XVe siècle.

La chapelle n'abrite plus grand chose aujourd'hui puisque plusieurs éléments se trouvent dans l'eglise du village (maître autel en pierre et son tabernacle en bois du XVIIIe siècle). Y subsiste la Vierge de Pitié en pierre en pierre polychrome (XVIe siècle) classée monument historique, conservée dans la niche au dessus de la porte d'entrée ; quatre pierres tombales, le bénitier et les fonds baptismaux. La chapelle a fortement souffert lors de la tempête de 1999: la charpente était très abîmée ; les longues fissures striaient les murs et s'élargissaient dangereusement. Dès 2001, le Conseil Municipal a donc programmé sa restauration extérieure avec l'aide financière du Conseil Général et du Ministère de l'Intérieur. Et les renseignements ci-dessus nous ont été fournis par le Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine - Nancy.

Aujourd'hui, notre chapelle est restaurée, bien visible dans son écrin de verdure, prête à affronter le temps... et les siècles à venir.