Eglise Notre Dame de l'Assomption

Eglise Notre Dame de l'Assomption

Horaires
de 9h à 18h
Tarifs
gratuit

Description :

Eglise de plan en croix latine à chevet plat comportant trois travées. Le transept et le choeur sont voûtés en berceau. Ce dernier est encadré à gauche par une chapelle dédiée au Sacré Coeur, et à droite par la sacristie.
La façade possède un sobre portail en arc brisé à cinq rouleaux. Il est surmonté par une corniche qui le sépare d’une petite baie en arc brisé.
A la croisée du transept se trouve une coupole au-dessus de laquelle s’élève le clocher. Ce dernier, de plan carré, est coiffé d’une flèche de charpente cantonnée par quatre clochetons de pierre.

Historique :

L’église de Longeville-sur-mer devait s’appeler, à l’origine, Sainte Marie de Longeville, indice d’une très haute antiquité chrétienne datant du VIe siècle.

Située à l’entrée du Golfe des Pictons, elle fut aux premières loges pour subir la fureur des envahisseurs normands aux IXe et Xe siècle.

Vers l’an 1000, Guillaume le Grand, comte de Poitiers, voulut redonner vie et prospérité à cette région. Il donna à Guillaume le Vieux la région de Talmont. Ce dernier fonda l’abbaye bénédictine de Ste Croix de Talmont. Un prieuré longevillais était rattaché à l’abbaye, comme l’atteste un manuscrit dans lequel Guillaume le Vieux accorde aux moines le droit d’avoir un vaisseau dans le port de la Pépière (La Pépière est aujourd’hui un lieu-dit au bord du marais Poitevin, à Longeville-sur-mer.

Au XVIe siècle, la réforme protestante pénètre en Poitou. Pendant les guerres de religion, on pille les églises et on massacre les prêtres. 4 ans après, le 31 Mars 1568, l’église de Longeville fut à nouveau saccagée et brûlée. Au château de Talmont, on gardait prisonniers de nombreux ecclésiastiques.
C’est seulement en 1608 que Richelieu vint constater l’état de son diocèse et décida de faire réparer les églises.

Vers la fin du XIXe siècle, on installa dans le clocher une horloge. Peu après, au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, on procéda aux inventaires. Après avoir dressé l’inventaire officiel des objets du culte et du mobilier, on les transmit aux associations culturelles.

Depuis 1998, la communauté chrétienne de Longeville fait partie de la paroisse Ste Anne les Menhirs.