Eglise Notre-Dame de Rosnay

Eglise Notre-Dame de Rosnay

L’église Notre-Dame de Rosnay construite du XIIe siècle est l'un des plus beaux fleurons de l'ensemble des églises romanes et pré-gothiques du Tardenois. Les deux styles roman et gothique se juxtaposent en créant un ensemble harmonieux qui fait tout le charme de l'édifice.

Historique :

Il est fait mention de Rosnay au Xe siècle dans le polyptique de Saint-Remi sous le nom de Saint-Thimothée de Rodenaium, qui dépendait de l'église Saint-Thimothée de Reims. La paroisse est placée en 1312 sous le patronage de l'abbé de Moiremont au diocèse de Châlons.

La nef est le témoignage roman des constructions du XIIe siècle. Deux travées supplémentaires se seraient ajoutées côté ouest, tandis les bas-côtés ont été repris au XVIIe siècle. Le chevet et le transept sont construits au cours du XIIIe siècle du gothique classique.

La sacristie, autrefois édifiée derrière le chœur à la fin du XVIIIe siècle, est reconstruite côté nord en 1854. Des travaux de réparations d'urgence sont réalisés entre 1882 et 1883 par l'architecte Thiérot (contreforts, voûtes et tour).

L'artillerie allemande et alliée endommage l'église au niveau de la sacristie, l'abside et du clocher, les toitures et les charpentes sont à refaire. L'église est classée en 1920 et les travaux peuvent alors commencer sous la direction de l'architecte des monuments historiques Bernard Haubold entre 1921 et 1937.

A nouveau endommagée par la seconde guerre mondiale, la tour est restaurée par l'architecte des monuments historiques Alber Louis Bray en 1943.

Les couvertures sont restaurées par l'architecte des monuments historiques Paul Pillet en 1957.

Description :

L'église s'inscrit dans un plan allongé comprenant une nef romane à trois vaisseaux de 5 travées avec tribune et élévation à 2 niveaux, un transept non saillant et haut dont la croisée supporte un clocher, et se termine à l'est par un chevet polygonal et chapelles latérales sont du gothique du XIIIe siècle. La sacristie est accolée au bras nord du transept. Des contreforts s'élèvent à chaque angle de l'abside. Le clocher est de plan carré et des double baie géminées sont percées sur les trois faces, la face ouest étant percée de deux baies en plein-cintre. Les toits sont revêtus de tuiles plates.

Le vaisseau central de la nef est couvert d'un plafond bois avec poutres apparentes du XIXe siècle reposant sur des corbeaux en pierre. Les bas-côtés sont simplement plafonnés en bois. Le transept et le chœur sont voûtés d'ogives en arc brisé. Chaque rouleau des arcs doubleaux et des ogives retombe sur une colonnette, créant des piles composées massives.

La construction est en moellon équarris pour la nef et le clocher, en pierre de taille pour les encadrements d'ouverture, le transept et le chœur.

L'église est entourée par son cimetière où se trouve un monument aux morts.

Parmi ses éléments remarquables et classés, nous trouvons :

  • une plaque dédicatoire du XIXe siècle
  • une statue de la Vierge à l'Enfant du XIVe siècle
  • une statue de saint Jean-Baptiste du XVIe siècle
  • une cuve baptismale en pierre bleue de Givet du XIIe siècle
Site réalisé par IntraMuros SAS | Mentions légales | CGU | Copyright 2021 | Gérer mes cookies 🍪