Carrière de Ricou

Carrière de Ricou

Pourquoi avoir aménagé la carrière de Ricou. Historique du projet

La carrière et une partie de son site ont été acquises par la commune d’Azay-le-Brûlé en 1998, le reste du site appartient à des propriétaires privés. Cette carrière à ciel ouvert a été exploitée jusqu’en 1970 pour ses calcaires utilisés comme matériaux d’empierrement ou de construction. Le site de la carrière de Ricou présente différents intérêts ayant motivé la commune d’Azay-le-Brûlé à conduire un projet de valorisation :

  • un intérêt géologique majeur qui a vu son inscription en 1996 à «l’Inventaire régional des sites et des espaces naturels d’intérêt géomorphique». Depuis de nombreuses années, il est un lieu d’étude pour les enseignants en géologie et leurs élèves.
  • un intérêt paysager et écologique de par sa situation dominant la vallée de la Sèvre Niortaise, la présence d’un coteau boisé et d’un niveau encaissé. Il est devenu un lieu de promenade de plus en plus fréquenté, ce qui a posé la question de sa mise en sécurité.

Une étude de mise en valeur de la carrière de Ricou a été réalisée en 2004

Cette étude confiée à Didier PONCET, responsable de la Réserve Naturelle du Toarcien (Thouars), a établi un diagnostic du site et de son fonctionnement et a défini des stratégies de préservation, d’aménagement et de gestion. Elle a notamment proposé un accueil sécurisé et une sensibilisation du public, avec un parking près du rond-point, des circuits de découverte et des lieux de détente. Depuis, les évènements climatiques de juin 2006 ont montré la fragilité du secteur constitué par le ruisseau encaissé qui borde le site. L’aménagement a pris en compte ce fait nouveau et a veillé tout particulièrement à sa mise en sécurité. Ce projet a été intégré à un projet départemental dit « l’Homme et le Pierre ». Ce projet départemental, labellisé par l’Etat « Pôle d’Excellence Rural » et coordonné par le Comité Départemental du Tourisme, a pour objet la constitution d’un réseau de sites d’intérêt géologique majeur. Il concerne, en premier temps d’anciennes carrières (Mollets à Doux, Ricou à Azay-le-Brûlé) et des carrières en activité (St Varent, la Peyratte, Mazières-en-Gâtine).

Site réalisé par IntraMuros SAS | Mentions légales | CGU | Copyright 2022 | Gérer mes cookies 🍪