Le Quaireux, place de la Rampière

Le Quaireux, place de la Rampière

Le « Quaireux » ou « Queureux », veut dire vieille place.

Au cours de sa longue histoire, la place du Bourg de La Rampière a connu de nombreuses manifestations. Autrefois, il existait une mare située à l’emplacement du local technique qui était le rendez-vous des canards et des oies du voisinage, mais aussi des bêtes qui venaient y boire en rentrant des champs.

La place prend sa forme actuelle en 1881 – le 2 février 1881, le Conseil Municipal décide de créer une promenade bordée d’arbres. Les platanes les plus anciens ont été plantés en mars 1881.

De nombreuses fêtes y ont été organisées, notamment le 14 juillet, devenu fête nationale, le 8 juin 1880. Dès 1882, la municipalité décide de le fêter dignement en organisant sur la place des jeux, un bal, et le soir, un feu de joie et le tir du 1er feu d’artifice communal.

De 1839 à 1916, l’époque minière a amené sur la place de nombreuses activités supplémentaires. Les mineurs aimaient se réunir chaque dimanche au « Café du midi » (dernière maison à droite avant l’ancienne boucherie) à partir duquel ils organisaient des jeux sur place, c’est d’ailleurs en ce lieu qu’ils créèrent leur première chambre syndicale, le 21 janvier 1896.

Devant l’accroissement de la population (1 315 habitants en 1906), et après avis du Préfet, la municipalité organisait un marché important tous les vendredis matin.

De plus, deux grandes foires annuelles ont été créées à partir de 1874 (deuxième vendredi d’avril et lundi suivant la Saint Laurent). Sur la place, on pouvait voir bœufs, vaches, veaux, chevaux, moutons, chèvres et porcs.

Ces deux activités ont périclité et totalement disparu à l’approche de la guerre 1914-1918.

Mises en sommeil forcé pendant la guerre 1939-1945, les fêtes ont repris avec le retour des prisonniers.