Le pont de Taizon

Le pont de Taizon

Ce pont qui enjambe le Thouet fut construit au XIIIe siècle. De style roman, aux arches en cintre brisé et à double voussure, il est inscrit depuis 1943 sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Quant à l'histoire et l'usage de ce pont, son passage était taxé. Son franchissement était soumis à une « dîme ». Les paysans franchissant ce pont devaient donner une certaine quantité de seigle récolté sur les terres du Sault aux Chevaliers de Malte de la Commanderie de Prailles.

Au milieu du pont, une chapelle fut bâtie au XIIIe siècle par le Sieur Jacques Thibault pour Dame Jeanne Mestreau son épouse. Elle était placée sous le patronage de Notre Dame de la Pitié ou Notre Dame des Sept Douleurs. Des offices y étaient célébrés à tour de rôle par les curés de Bagneux et d'Argenton l'Église. L'évêque de Poitiers, Monseigneur de Saint Auclaire, la visita le 8 juin 1763.
Ce pont fut en partie détruit par les troupes allemandes en août 1944. Après la guerre, une arche en bois et un pont Bellay furent aménagés. Cette construction provisoire fut utilisée jusqu'en 1966, date à laquelle la construction d'un pont plus solide et plus large fut réalisée à proximité de l'ancien, pour répondre à un passage de véhicules de plus en plus important.
L'acquisition récente par la commune des 2 parcelles situées entre les deux ponts a permis la destruction de la végétation et surtout le désensablage (plus de 500 m3). Ces travaux ont fait apparaître les arches du pont, mais aussi les fondations de la guérite du droit de passage et celles de la chapelle. Ces interventions ont été faites en concertation avec l'Architecte des Bâtiments de France, la DDE, et le Syndicat Mixte de la Vallée du Thouet. Ce dernier doit intervenir pour nettoyer les berges et l'île près des ponts, afin que l'eau puisse passer sous les arches en périodes de fortes crues.