Eglise Saint-Alexis

Eglise Saint-Alexis

HISTOIRE DE L'EGLISE SAINT-ALEXIS

Construite au XIe siècle, par les Croisés, la légende raconte que ces derniers auraient construit l’église sur de la terre Sainte, ramenée de leurs croisades. L’église «Saint-Alexis» de Sainte-Terre, appelée au Moyen-âge «Notre Dame» de Sainte-Terre ou «Sainte Marie» de Sainte-Terre, a connu de nombreux travaux de construction, reconstruction, agrandissement… depuis le XIIe siècle.

1687 : dans le rapport établi par l’archevêque lors de sa visite de l’église en 1687, la nef est signalée comme étant voutée, les fenêtres non vitrées et la tribune située au revers de la façade, dans le besoin d’être lambrissée.

1728 : une crue couvrit cette année-là sur une hauteur d’environ 50 cm.

1739 : un document aux archives départementales, rapporte les dimensions de l’édifice, conformes aux dimensions actuelles de l’église sans les bas côtés, la sacristie, ni l’annexe de service qui sont postérieures. «Elle a environ 48 pieds de long, 21 de large et 40 de haut». Ce document précise que les fenêtres, excepté celles du chœur, ne sont pas fermées de vitres. Les murs intérieurs sont couverts d’un enduit blanc. Seul le chœur est décrit comme voûté, la nef désignée comme le « milieu » n’étant que plafonnées. Si la nef était bien voutée, en 1687 et 1739, celle-ci aurait donc perdu son voûtement, son effondrement n’est cependant jamais mentionné.

1779-1781 : c’est autour de 1780 que l’église reçoit un nouveau décor. Le stucateur italien Tomaso Tessa réalisait à Sainte-Terre sa première œuvre dans la région du libournais qu’il s’établit. Les documents d’archives précisent les dates de son intervention en 1807, le rapport d’une visite archiépiscopale livre la présence d’un « autel à la romaine », d’un tabernacle et d’éléments de décoration en stuc doré.

1842-1859 : l’ornementation du chœur et des nefs est importante. Les sources confirment des dépenses conséquentes relatives à la décoration entre c’est deux années. Une partie du mobilier fût renouvelée ; l’étude de la chaire à prêcher et de l’autel majeur en marbre embellissent l’église.

L'édifice a été inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 21 décembre 1925