Chapelle Sainte-Barbe

Chapelle Sainte-Barbe

Horaires
Visite sur rendez-vous
Tél : 02 43 93 67 16

La chapelle Sainte-Barbe, place Sainte-Barbe, a été construite il y a plusieurs siècles. Certains la situe vers le 14ème. Le chevet abrite un autel décoré au devant, d’une Croix de Malte, comme les autels de l’église du village. Sur l’autel, se trouve une statue en terre cuite de la sainte, datant vraisemblablement du 18ème. Elle tient dans ses mains une tour. Il y a longtemps, 3 fois par an, les habitants y venaient en procession, afin d’y prier sainte Barbe de les préserver de la foudre.

Barbe vivait au IIIème siècle. Elle était la fille d’un riche habitant de Nicomédie (Turquie). Son père l’aurait enfermée dans une tour à cause de sa grande beauté. Pendant l’absence de ce dernier, parti en voyage, elle devient chrétienne et reçoit le baptême. Elle demande aux ouvriers qui étaient en train de construire deux fenêtres dans la tour d’en ajouter une troisième en l’honneur de la Sainte Trinité. Lorsque son père fut de retour elle lui raconta ce qu’elle avait fait. Il essaya de la tuer. Grâce à une intervention divine elle fut miraculeusement transportée jusqu’à une montagne. Mais son père découvrit son refuge. Il la traîna alors devant les juges qui la condamnèrent à la peine de mort. Il demanda d’être lui-même le bourreau. Au moment d’accomplir son forfait, la foudre jaillit du ciel et le terrassa.

A l’occasion de la cérémonie de leur Communion solennelle, les enfants du village se rendaient en procession devant la chapelle et fleurissaient l’intérieur et les abords. Cette coutume se perpétua jusque dans les années 1950. Au siècle dernier, l’abbé Lambelle, prêtre du diocèse du Mans dans « la semaine du fidèle », note que jamais cette contrée n’est ravagée par la grêle.

On invoque sainte Barbe contre la foudre, l’incendie, la grêle. C’est la patronne des artificiers, des artilleurs et en général de tous ceux qui ont à affronter le feu. C’est la grande sainte des pompiers et des mineurs.

Source Cercle d’Histoire de L’URVB de Vibraye